APPEL A PARTICIPATION au séminaire : « Mondes politiques et mondes de la communication » organisé par Jacques Gerstlé

Howard Becker

Howard Becker

Inspiré par « les mondes de l’art » de Howard Becker ce séminaire se propose d’examiner les interactions entre deux univers que le sens commun tend à associer de plus en plus fréquemment et sur lesquelles nous disposons pourtant de peu de connaissances. Il semble qu’une dissymétrie s’attache à la connaissance de ces interactions en ce sens que nous disposons de davantage d’informations sur les représentations que le monde de la communication se donne du politique que l’inverse. C’est précisément à l’éclairage de cette zone d’ombre  que cherche à contribuer ce séminaire.

Les écrits ou témoignages d’experts qu’il s’agisse de conseils en communication, de sondeurs ou de journalistes pour ne retenir que quelques positions caractéristiques dans le champ médiatico-politique sont assez fournis pour permettre de dresser un tableau des représentations en concurrence sur le politique. Cette dimension concurrentielle qui est à l’origine de définitions intéressées de la communication et de l’information politiques mérite cependant une attention spécifique plus soutenue.

Mais le point aveugle principal est constitué par les représentations que les professionnels de la politique se font de la communication et de l’information. Cette catégorie doit permettre de distinguer entre les acteurs situés au sommet de l’Etat (la présidence, Matignon et les ministères), les acteurs de la représentation nationale (députés, sénateurs et députés européens), les élus locaux et les membres permanents des organisations politiques. On fait ici l’hypothèse que la variété des fonctions assurées par ces différents acteurs est à la source de représentations différenciées. De même on peut s’attendre à ce qu’un certain nombre de variables soient à l’origine de conceptions discriminantes telles que le niveau de responsabilité, l’origine partisane, la situation générationnelle, le niveau socio-éducatif, le secteur d’action publique investi, la conjoncture électorale, routinisée ou de crise. On se réserve également la possibilité d’une extension comparative à l’échelle européenne qui intégrerait les diverses dimensions de la « culture » nationale.

S’agissant des traits constitutifs de ces représentations on peut d’ores et déjà mentionner les définitions de la communication et de l’information retenues, leur utilité sociale, le rapport aux citoyens, aux médiateurs, le problème de la réactivité à la demande sociale, les pratiques effectives de communication et leur composante stratégique, l’évaluation des dimensions technologiques, les coûts et bénéfices attendus et bien d’autres dimensions que la littérature scientifique attachée au problème nous indique.
Le séminaire s’appuiera sur l’analyse secondaire des rares enquêtes existantes sur des domaines connexes (Costa, Kerrouche, 2007), Carma (en préparation) et sur une méta-analyse des travaux disponibles (témoignages d’acteurs du type M.Rocard, Le cœur à l’ouvrage, 1987 ou J.Séguela, Le vertige des urnes, 2000 ou Autobiographie non autorisée,2009). La littérature « scientifique » sur le sujet sans être considérable n’est pas inexistante si on se donne la peine d’aller chercher l’information utile : (Garraud, Offerlé, Le Bart et Lefebvre, Lagroye, Neveu et François, Restier-Melleray, Poirmeur et Mazet, Mariot, Legavre,etc.). A terme il s’agira de mettre sur pied un dispositif d’observation fondé sur des entretiens qualitatifs menés avec les différentes catégories d’acteurs identifiés et d’organiser une journée d’étude de synthèse intermédiaire.

En l’état actuel de la réflexion deux premières pistes se dégagent pour donner lieu à un examen de ces interactions entre le monde politique et le monde de la communication. Elles s’appuient toutes deux sur des enquêtes empiriques en cours.

1)-L’une porte sur le monde des conseillers en communication qui participent aux cabinets ministériels et sur lesquels nous disposons d’un certain nombre de données quantitatives et qualitatives grâce notamment à l’enquête entreprise en 2008/2009 dans le séminaire « Information, perceptions et évaluations de l’action politique » du master II de recherche en sociologie et instituions politiques du département de science politique de Paris I. J.Gerstlé, A.Taugé, J-B.Legavre et E. Paillon peuvent ici apporter des indications précieuses pour configurer le profil de ces acteurs et leurs conceptions de la communication politique.

2)- L’autre consiste en l’enquête comparative en cours sur la communication politique en Europe lancée à l’initiative du Professeur Barbara Pfetsch de l’Institut d’études des médias et de la communication de la Freie Universität de Berlin (Allemagne). Il s’agit d’une étude portant sur les relations entre les élites politiques et les médias dans de nombreux pays de l’Europe occidentale : Allemagne, Autriche, Danemark, Finlande, Espagne, Suède, Suisse, Slovénie et France. Associé à cette recherche, J.Gerstlé pourra faire état de ses développements. La phase de constitution du questionnaire établi par La Sofres est achévée et il s’agit donc maintenant d’établir l’échantillon des 300 membres représentatifs des élites politiques et médiatiques.

Outre ces deux pistes nombreuses sont les voies d’exploration de la zone d’ombre décrite sur les relations entre le politique et la communication en général. Pour mieux les identifier on procédera à l’audition d’acteurs politiques patentés et reconnus comme des professionnels de la politique de même que des journalistes ayant un statut homologue. On pourra recourir à l’analyse secondaire ou à la méta-analyse de travaux académiques déjà produits sur le sujet (voir liste provisoire ci-dessus) voire à l’analyse des rares enquêtes d’opinion sur ce thème comme celle réalisée en juin 2008 par Opinion Way sur laquelle Ch.Piar pourra intervenir.

Participants initialement pressentis invités au séminaire :

J-B.Legavre, J-E.Paillon, A.Taugé ,Ch . Piar, N.Hubé, S.Lévèque, B.François, O.Duhamel, D.Gaxie, Y.Deloye, F.Sawicki, Th.Vedel, B.Cautrès, A. Laurent, B.Dolez, D.Muzet, L.Habib ; E.Rivière, D.Martelli-Banegas, A.Paléologue, D. Leca,  Cl.Berjaud, R.Amsellem, S.Simon ; X.Altamirano ; C.Thiebault ; A.Le Foulgoc, R.Lamprini, B.Cortès, S.Montclaire.

Rythme des réunions :

Une réunion mensuelle est envisagée à partir de décembre 2009. Ce rythme est susceptible d’évoluer selon l’intérêt suscité par le séminaire.

Contact : jacques.gerstle@sfr.fr

Laisser un commentaire